"who is who" sur notre tour 

Apprends-en plus sur les femmes passionnantes que nous visitons au cours de notre voyage. Chacune à sa manière a planté un jalon et a marqué l'histoire des femmes en Suisse.
                                                                                                                                                                        

 Le samedi 26, nous partirons de la place qui porte – depuis peu - le nom d’Emilie Lieberherr, à Zurich. Un point de départ symbolique pour notre tour

 Le concert de sifflements qui retentit sur la Place fédérale à Berne en cette journée historique du 1er mars 1969 s'adressait au Conseil fédéral et au Parlement, qui projetaient de ratifier la Convention du Conseil de l'Europe relative aux droits de l'homme, mais avec des réserves. Pourquoi? Parce que les femmes étaient privées de droits politiques. Sous le coup de l'indignation, un comité d'action organisa une marche de protestation sur Berne, à laquelle 5000 personnes se rallièrent. Criant à tue-tête, les manifestant-e-s demandèrent le droit de vote pour les femmes à tous les niveaux politiques. La foule était conduite par Emilie Lieberherr, bien visible dans son manteau rouge. Un an plus tard, après l'introduction du droit de vote et d'éligibilité des femmes au niveau cantonal, Emilie Lieberherr devint la première conseillère municipale de la ville de Zurich.

Fun Fact: lors d'un séjour de trois ans aux Etats-Unis à la fin des années 50, elle fut la nurse francophone des enfants de l'acteur américain Henry Fonda - Peter & Jane Fonda.

                                   

 26.06.2021: Karin Patton: sommelière de bière

Autrefois, brasser la bière était une affaire de femmes. Ce n'est pas un abbé qui a été le premier à discuter scientifiquement de l'art de la brasserie, mais une abbesse: Hildegardis von Bingen, au XIIe siècle. Karin Patton poursuit cette tradition en tant que sommelière de la bière et copropriétaire de la Brasserie Barfuss à Schönholzerswilen dans le canton de Thurgovie.  
Nous visiterons sa brasserie le dimanche, en cours de route, et profiterons d'une dégustation avec elle, le soir après notre arrivée.
 
                                                                               

26.06.2021: Margrith Bigler-Eggenberger: première juge fédéral

«J’ai fait ce qui me plaisait et ce que tout homme aurait fait s’il avait eu la même formation que moi.»
Margrith Bigler-Eggenberger (*1933) a été la première femme juge fédérale en Suisse. En 1974, trois ans après l'introduction du droit de vote des femmes, elle est élue de justesse au Tribunal fédéral. Pendant 17 ans, elle est demeurée l’unique femme juge fédérale en Suisse.   L'un des faits marquants de sa carrière a été l'audience de 1977 sur l'égalité salariale. Une enseignante avait déposé une plainte en vertu du droit constitutionnel contre la discrimination salariale - et le Tribunal fédéral a statué en sa faveur.  
Margrith Bigler nous rejoindra le dimanche 27 juin au soir.
 

27.06.2021: Isa Müller 

Détentrice du record du monde 2018 du tour du monde le plus rapide réalisé à moto par une femme Isa Müller a fait le tour du monde à moto en 17 jours et 7 heures, en parcourant 23’120 km à moto, y compris les phases de sommeil, les repas, les pauses, les changements de pneus et l'entretien de la moto. Elle détient ainsi le record du tour du monde le plus rapide réalisé à moto par une femme. Le 6 mai 2018, Isa Müller a pris le départ de la Love Ride Switzerland sur une BMW S 1000 R en même temps que ses concurrentes autrichiennes, russes et américaines, les quatre pilotes prenant le départ dans leurs pays respectifs. L'itinéraire de la Suissesse était divisé en trois sections, avec divers points de contrôle à franchir, dont tous les Ace Cafés du monde. Lors de notre tournée, Isa Müller nous rejoindra, dans la mesure du possible, le 27 juin.

27.06.2021: Aline Auer de Teufen, s'est battue pour le droit de vote des femmes en Appenzell Rhodes-Extérieures

Ce n'est qu'en 1990 que la patience de certaines femmes d'Appenzell a atteint ses limites. Ce n'est que près de 20 ans après l'introduction du droit de vote des femmes en Suisse que celles d’Appenzell Rhodes-Intérieures ont également obtenu ce droit. À trois reprises, les hommes habilités à voter, rassemblés à Appenzell sur la place de la Landsgemeinde, s'étaient prononcés contre le droit de vote cantonal de leur population féminine. En 1990, la patience de certaines femmes d'Appenzell a atteint ses limites. En novembre de la même année, elles ont finalement obtenu gain de cause devant le Tribunal fédéral: les Appenzellois ayant agi de manière anticonstitutionnelle, ils ont dû accorder le droit de vote aux femmes avec effet immédiat.

 
28.06.2021:
Sr. Aloisia Steiner, prieure du couvent St. Johann à Müstair 
 
Depuis le XIIe siècle, donc avant que la Suisse n’existe, des femmes ont vécu dans le couvent de Saint-Jean à Müstair. Durant des siècles, les couvents et les religieuses ont été des vecteurs du savoir en Europe. Au Moyen-Âge, le couvent offrait aux femmes une éducation et la possibilité d'échapper aux normes familiales. Même si le droit de vote et d’éligibilité des femmes joue un rôle secondaire dans un couvent, les religieuses doivent aussi trouver leur place dans la hiérarchie de l'église et parfois la défendre.  
Le 28 juin, nous rencontrerons la prieure du monastère, Sœur Aloisia Steiner, pour un entretien et l'emmènerons faire une ballade à moto.
 

29.06.2021: Katharina von Salis à Silvaplana

Le 29 juin, nous rendrons visite à Katharina von Salis à Silvaplana, durant notre trajet de Sta. Maria à Bellinzona.
Il y a 60 ans, Katharina von Salis a été l'une des premières athlètes de haut niveau en Suisse. Les médecins pensaient qu'elle ne pouvait pas courir de longues distances. Sinon, sa matrice allait tomber et elle ne pourrait plus avoir d’enfants. Mais la sportive a donné une leçon au monde du sport, alors dominé par les hommes. Elle fut une athlète de classe mondiale en course d’orientation. En 1966, elle a remporté l'argent aux Championnats du monde en Finlande. Plus tard, en tant que professeure à l'EPFZ, elle s'est engagée en faveur de l'égalité dans les hautes écoles.
 

30.06.2021: Maison natale d'Emilie Lieberherr à Erstfeld

En route de Bellinzona à Lucerne, nous visitons la maison natale d'Emilie Lieberherr à Erstfeld, où la conseillère - et motocycliste - Rebekka Wyler nous en dira plus sur l'enfance d'Emilie Lieberherr.
 

 

 

30.06.2021:

À Lucerne, sur la place Josi J Meier, nous allons commémorer la première femme présidente du Conseil des États et y rencentrons Judith Stamm et Ylfete Fanaj.

Josephine Johanna Meier (1926-2006) a grandi dans un milieu populaire. Après avoir passé sa maturité au gymnase à Lucerne, elle a étudié le droit à Genève. En 1952, elle a été admise au barreau et a ouvert sa propre étude d'avocat et de notaire à Lucerne. Elle a défendu très tôt l'égalité des droits et le droit de vote des femmes. En 1971, après l'adoption du droit de vote des femmes, elle a été élue au Conseil national comme l'une des onze premières femmes à représenter le PDC. De 1983 à 1995, elle a siégé au Conseil des États. En 1991/92, elle en a été la première présidente.

Contrairement à la plupart des autres membres du Conseil national et du Conseil des États, Josi Meier n'a jamais accepté de siéger dans un conseil d'administration au cours de sa carrière politique. «D’autres s’offrent un yacht ou un cheval, je donnerai mon avis, c’est à peu près le même prix» était l’une de ses maximes. .

«Je comprends maintenant ce que veulent dire les hommes qui affirment que la place des femmes est à la maison. Ils ont raison. Cette maison est celle où siègent les autorités communales, celle où siègent les autorités cantonales, celle où siègent les autorités fédérales»
Session des femmes de 1991
 
 
Judith Stamm, première femme à accéder à la présidence du Conseil national
Il y a plus de 30 ans, la conseillère nationale PDC Judith Stamm a fait sensation en se présentant au Conseil fédéral contre la volonté de son propre parti. Elle avait été élue au Conseil national en 1983. Peu de temps après, les deux conseillers fédéraux du PDC ont annoncé leur démission. Le parti a alors désigné Flavio Cotti et Arnold Koller comme leurs successeurs. 
«Ça m'a énervée, qu'ils n’aient même pas envisagé de choisir une femme».   Même si sa candidature au Conseil fédéral a échoué - comme elle l'avait elle-même prévu - sa position constante a également été appréciée par son parti et son groupe parlementaire, qui a ensuite proposé son nom pour la présidence. Judith Stamm a été élue et fut ainsi la première femme à occuper le poste de présidente du Conseil national en 1996/97. 
 
 
 
 Ylfete Fanaj, présidente du Grand Conseil de Lucerne 2020
Ylfete Fanaj (37 ans) est née au Kosovo et vit dans le canton de Lucerne depuis 1991. Elle a grandi à Sursee, avec ses quatre frères et sœurs. Elle a suivi une formation d’employée de commerce et a étudié le travail social. Elle vit à Lucerne depuis 2007. Elle a été membre du Conseil municipal de la ville de Lucerne de 2007 à 2011. Membre du Grand Conseil de Lucerne depuis 2011, elle a été la première migrante à en avoir été élue présidente en 2020.
 

 

 

01.07.2021: "Grütli de la femme" à Unterbäch VS

Le 1er juillet, lors de notre visite à Unterbäch, nous rencontrerons Germaine Zenhäusern. Germaine est la fille de la première femme à avoir voté en Suisse: Katharina Zenhäusern (1919-2014). Le fait que ce soit précisément dans ce petit village valaisan que les femmes aient été les premières à voter est lié à Iris von Roten, l’auteure de «Frauen im Laufgitter» (livre qui n’a pas encore été traduit en français, mais dont le titre serait «Femmes en cage» ou «Femmes derrière les barreaux d’un parc pour enfant») et à son mari Peter.  

Unterbäch est également connu comme le «Grütli des Suissesses» car c'est ici qu'a eu lieu, en 1957, le premier vote auquel des femmes aient participé en Suisse. Le conseil municipal de l'époque avait décidé de laisser les femmes participer à une votation fédérale. Cette votation portait sur l'extension, aux femmes, de l’obligation de servir dans la protection civile. C'est ainsi que Katharina Zenhäusern est devenue la première femme suisse à placer un bulletin de vote dans une urne suisse. Son mari, le maire et député au Grand Conseil Paul Zenhäusern (1917-2002), et le conseiller national valaisan Peter von Roten (1916-1991) ont été les initiateurs de la participation des femmes. La ruée des médias a été énorme: les reporters du Spiegel et du New York Times couvraient l’événement, tout comme le Swiss Film Weekly dans son article du 8 mars 1957.   Sa fille aînée, Germaine, avait six ans en 1957 et se souvient bien de l’agitation dans les rues. «J'ai réalisé qu'il se passait quelque chose d'important et que ma mère était spéciale. Mais surtout, j'avais peur parce qu'il y avait beaucoup de bruit.»

02.07.2021: Hanny Weissmüller, conductrice de locomotive en cheffe

Le 3 juillet, nous rencontrerons Hanny Weissmüller, présidente du personnel de locomotives.   Elle a baigné dans un univers familial où les locomotives occupaient une très grande place: «Mon grand-père déjà fabriquait des transformateurs pour locomotives. Et mon papa me racontait son travail et ses rencontres avec les mécanos. J’avais envie d’aller dans une loc, de conduire.» A l’adolescence, quand elle évoque son choix de métier, son père, ingénieur de locomotives chez Brown Boveri et qui connaissait bien ce milieu des mécanos, la décourage en lui disant que ce n’est pas fait pour elle. Il n’y avait alors qu’une conductrice de locomotive aux CFF. En lieu et place, elle devient programmeuse, enchaine une carrière professionnelle impressionnante, se marie et a deux enfants.   Mais son rêve d’enfant est toujours présent. «Je m’en rappelle encore très bien aujourd’hui. A 40 ans, je me réveille un matin, et je me dis: «Mais pourquoi je fais ça et pas ce que j’aurais toujours voulu faire?» Et j’ai postulé aux CFF et c’est allé comme sur des roulettes.» Avec le recul, cette profession s’est-elle montrée à la hauteur de son rêve d’enfant? «C’est encore mieux que ce que j’avais imaginé. Je m’éclate.»

03.07.2021: 

Ruth Durrer, physicienne et professeure à l'Université de Genève

Ruth Durrer est physicienne et professeure à l'Université de Genève.
« Mes parents ne voulaient pas que j'aille au lycée. C'était une autre génération. Les filles devaient apprendre un métier, se marier et avoir des enfants ».
Elle a cependant pu entrer  à l'université suite à sa formation à l’Ecole normale. Mais pas à l'EPF, où elle aurait aimé étudier.. Elle a donc étudié la physique à Zurich de 1978 à 1983. Aujourd'hui, elle est astrophysicienne et cosmologiste et fait des recherches sur les origines de l'univers. Et elle est toujours l'une des rares femmes à exercer une profession dans le domaine des STIM.
 

04.07.2021: 

Pascale Beucler, Madame le Colonel, Jura

Elle n’avait pas le physique, mais son mental d’acier a permis de faire sauter tous les obstacles. Pascale Beucler est l’une des rare femmes – actuellement sept – à avoir atteint le grade de colonel dans l’armée Suisse. Aujourd’hui âgée de 55 ans, elle a rejoint l’armée il y a plus de 30 ans. « La votation de 1981 sur l’égalité des sexes a ouvert le débat. Certains hommes, et a juste titre, nous disaient : si vous voulez l’égalité totale, il faut aussi répondre aux mêmes obligations que les hommes. Alors, j’ai souhaité apporter ma contribution. » Si elle fait le bilan de son parcours militaire, elle le considère comme 150% de réussite. Pascale Beucler partagera avec nous sa motivation, les étapes et les défis qui lui ont permis d’atteindre ce rang prestigieux.

06.07.2021: Visite en route de la fondation Gosteli à Worblaufen
 
Les boîtes grises et les souvenirs, lettres, procès-verbaux, articles, manuscrits et journaux intimes qu'elles contiennent, sont conservés dans les archives des femmes à Worblaufen près de Berne.
Ce sont autant de témoignages des passions et des espoirs, du courage et de la volonté d'agir, y compris des blessures, de la colère et des déceptions, vécus surtout pendant les décennies de lutte pour le droit de vote des femmes.   Dès les années 1960, les grandes associations de femmes ont planifié un centre pour rassembler les nombreuses archives, dispersées et difficiles d'accès. Mais l’argent manquait. En 1982, Marthe Gosteli (décédée en 2017) a mis à disposition sa maison familiale, à Worblaufen.  
La responsable des archives, Silvia Bühler, nous fera visiter la Fondation Gosteli, ou, plus précisément, nous guidera à travers les archives de l’histoire du mouvement des femmes suisses.

 

07.07.2021: cérémonie de clôture avec "Live-Act" musicale avec Caroline Chevin!!

De retour en Suisse - de retour sur scène, avec de nouvelles chansons et avec ses plus grands succès. La chanson «Back In The Days» a fait le tour du monde en 2010 et est restée dans les charts pendant plus de 80 semaines.   Sur son dernier album, «Hey World», Caroline Chevin a donné un aperçu de son univers émotionnel très personnel. La sortie de son album a été suivie de tournées couronnées de succès durant lesquelles elle a, entre autres, partagé la scène avec Sir Eric Clapton et Bryan Adams.   Elle est maintenant de retour, avec de nouvelles chansons dans ses bagages. Chansons d'une globe-trotteuse, partie il y a plus de 5 ans pour vivre ses rêves et faire un road trip dont elle n'est revenue que cette année.
 
Avec son tube «Enjoy the ride», elle fêtera avec nous la fin de notre tournée.